Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

16 articles avec la loire

Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...

Publié le par coccinelle-de-la-beaute

J'ai toujours été une citadine endurcie. Ayant vécu à Lyon la majeure partie de ma vie, j'ai longtemps été habituée aux métros bondés en heures de pointe, à la rue de la République (rue piétonne majeure dans le centre de la capitale des Gaules) noire de monde les samedis après-midi lors de virées shopping endiablées, bref, à l'entassement des êtres humains dans le bitume, le bitume et encore le bitume. Je ne crache pas dans la soupe: vivre en ville offre de très nombreux avantages. Tant au niveau de l'accessibilité (tout est facilement accessible et à toute heure) qu'au niveau de la vie culturelle ou des sorties...

J'ai adhéré, et j'ai même aimé, ce mode de vie durant des années. Mais j'avoue qu'il y avait des fois où j'avais besoin de me reconnecter avec la verdure, la nature. Comme je n'avais pas le permis de conduire (et donc pas de voiture), j'étais "condamnée" à trouver des endroits de verdure intra muros. Ainsi, régulièrement, je me rendais au Parc de la Tête d'Or (pour mes sessions de running aussi) ou au Parc de La Feyssine. Mais ce n'étaient que des parcs, rien à voir avec une nature plus "authentique", je dirais...

Puis j'ai rencontré Julien, et non seulement je suis tombée follement amoureuse de lui, mais aussi de la Loire, où il vivait et où je vis avec lui maintenant. La Loire est un département où la nature est prépondérante. Et cette nature est contrastée: lacs, monts (du Lyonnais, du Forez), bois, fleuve (le plus long de France, qui plus est!), étangs, massifs montagneux et forêts... Cela fait plus de deux ans que je vis dans ce beau département ligérien et je peux le dire haut et fort maintenant:

I love nature!!!

Mon homme me répète souvent que je suis devenue une vraie campagnarde lol! Je préfère chausser mes baskets et aller crapahuter sur des sentiers de nature plutôt que d'aller faire les boutiques ou encore d'aller boire un verre dans le dernier bar branché en centre-ville, impensable il y a encore quelques années! Et c'est d'ailleurs sur des sentiers forestiers de la Loire que je vous emmène aujourd'hui! En route pour la Croix de Chaubouret dans le Massif du Pilat!

Arrivée dans le Massif du Pilat...

Arrivée dans le Massif du Pilat...

Le Pilat est un massif montagneux de 700 km2 sur les contreforts du Massif Central et qui se trouve dans le département de la Loire, à côté de Saint-Etienne et pas loin de Lyon. Ce massif culmine à 1432 mètres d'altitude. Et il se trouve pas loin de chez nous. En 35-40 minutes depuis Saint-Just Saint-Rambert (où nous vivons), on y est!

Et il y a deux semaines, début mai, on a décidé d'y aller pour se balader du côté de la Croix de Chaubouret, sur le domaine skiable du Bessat. On s'est fait une petite promenade de 5-6 kilomètres dans la forêt. Et à notre grande surprise, il y avait encore un peu de neige! En mai! Mais la promenade était vraiment agréable et la végétation magnifique! On s'arrêtait parfois pour s'imprégner du calme de la nature, c'était chouette!

Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...

Après avoir marché quelques kilomètres, on est arrivés au Creux du Loup, grande clairière à la croisée de plusieurs chemins où il se raconte qu'un jeune berger prénommé Gaspard tua un loup énorme, la bête du Bessat, dans les années 1897-1900... Mais il se trouve que l'origine de cette histoire est beaucoup moins extraordinaire...

En effet, à l'origine, des Bohémiens passant par le col de la République (non loin de là), perdirent un petit singe dans le secteur. Aussi en informèrent-ils un paysan local qu'il rencontrèrent dans leur cheminement. Celui-ci colporta la nouvelle et l'information courut de ferme en ferme, en se déformant. Si bien que le petit primate se transforma bientôt en panthère géante puis en loup énorme qui ne manqua pas d'attirer l'attention des journalistes locaux. Des battues furent même organisées, sans résultat. L'histoire ne dit pas si le petit singe retrouva son propriétaire, mais on assura avoir tué un énorme loup dans cette clairière, présenté comme la fameuse bête du Bessat.

Le Creux du Loup dans le Pilat...
Le Creux du Loup dans le Pilat...
Le Creux du Loup dans le Pilat...
Le Creux du Loup dans le Pilat...

Le Creux du Loup dans le Pilat...

Après cela, on est repartis en direction du Bessat et du col de Chaubouret par un sentier qui devait nous mener à la Croix des Fosses. Mais laissez-moi vous conter l'histoire de cette croix...

Le village du Bessat, en 1562, fut le théâtre d'un terrible bataille entre protestants ardéchois et catholiques foréziens. En effet, on raconte qu'en octobre 1562, les protestants d'Annonay auraient décidé d'aller attaquer Saint-Etienne pour y prendre les armes que cette ville fabriquait. Le 27 octobre 1562, ils profitèrent du moment où les gardes stéphanois ouvraient les portes de la ville, pour investir la cité. Ils y restèrent cinq jours, ce qui laissa le temps aux catholiques locaux de s'organiser pour aller les affronter. La bataille eut lieu au Bessat le 31 octobre de cette même année, dans le Pilat, et ce fut une terrible boucherie. Les protestants furent littéralement décimés.

Et c'est dans la clairière où l'on peut voir la Croix des Fosses que les protestants qui périrent dans la bataille furent enterrés.

En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...

En route pour la Croix des Fosses...

La Croix des Fosses...
La Croix des Fosses...
La Croix des Fosses...
La Croix des Fosses...

La Croix des Fosses...

On a repris notre marche en direction du col de Chaubouret, mais avant d'y retourner (c'était le point de départ de notre balade), on a fait un petit crochet pour voir la statue de la Madone qui culmine à 1246 mètres d'altitude. Lorsqu'on y arrive, on peut voir un très beau panorama.

Mais à la base, ce n'était pas une statue de la Vierge qu'il y avait là. En effet, en 1811, à la naissance du fils de Napoléon 1er (surnommé l'Aiglon), le village du Bessat décida d'ériger une colonne supportant une sphère, elle-même surmontée d'un aigle. Ce monument fut inauguré le 23 juin 1811. Mais il fut brisé par la foudre en 1815.

Quelques décennies après, à la naissance du fils de Napoléon III, en 1856, le village du Bessat décida de commémorer l'évènement en élevant un nouveau piédestal en forme de pyramide tronquée, porteur cette fois-ci d'une statue de la Vierge, "la Madone du prince impérial".

Nous nous sommes donc dirigés vers cette statue de la Vierge...

Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...

Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...

Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!

Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!

Après ça, et avant de reprendre la route pour rentrer chez nous, on a décidé de s'arrêter à l'hôtel-auberge Le Chaubouret pour un bon goûter. J'ai bien aimé le décor un peu "rustique" de la grande salle à manger. J'ai pris une part de tarte aux myrtilles et son sorbet (à la myrtille). Et Julien, mon chéri, a pris une crêpe nommée "La Chaubouret" avec fruits rouges, coulis de fruits rouges, glace aux myrtilles et chantilly... J'aurais aimé que le service soit un peu plus chaleureux, mais ce qu'on a mangé était très bon, fait maison et les proportions étaient généreuses. Je recommande donc, cette charmante auberge.

Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...

Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...

Après avoir mangé, je suis allée prendre quelques photos de la Croix de Chaubouret avant de monter en voiture. Cette croix a été érigée en 1875 et remplace des monuments plus anciens qui tous marquèrent ce point de passage important entre les vallées de la Loire et du Rhône.

Nommée successivement "Croix de Chobourel" ou encore "Croix de Chabouret", le nom a varié au fil des années mais le terme "chaux" demeure, désignant un espace dénudé. Parfaite description du col de Chaubouret. Cette croix a une petite niche grillagée contenant une petite statue de la Vierge.

La Croix de Chaubouret, sur la commune du Bessat dans la Loire...
La Croix de Chaubouret, sur la commune du Bessat dans la Loire...

La Croix de Chaubouret, sur la commune du Bessat dans la Loire...

Et voilà pour cette chouette balade dans le massif du Pilat. On a vraiment adoré cette petite marche!!! Je recommande vivement, mais plutôt aux beaux jours, car même en mai, il y avait encore de la neige et beaucoup d'endroits boueux...

Et vous, connaissez-vous le massif du Pilat? Qu'aimez-vous y faire?

A bientôt!

Publié dans La Loire

Partager cet article

Repost 0

Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...

Publié le par coccinelle-de-la-beaute

Hello tout le monde!

Me revoici, après environ deux grosses semaines d'absence, pour un article 100% Christmas! Oh mon Dieu, si vous saviez! Dès que je suis toute seule à la maison, je mets mes CD de chants de Noël américains en route et je chante à tue-tête! Je ne fais pas ça quand mon chéri est là car ces chansons lui tapent sur les nerfs au bout d'un moment hi,hi... Mais moi, j'adoooore, yeah!

Je sais, je sais, je suis une "Christmas Freak", et j'assume!

Bref, dimanche dernier, accompagnée de mon chéri et de ses parents, je suis allée au Marché de Noël de Marols. J'avais écrit un article sur ce petit village médiéval il y a quelques semaines. Il se situe dans les Monts du Forez, à environ 25-30 minutes en voiture de Saint-Just Saint-Rambert, où on vit. J'avais adoré le visiter l'été dernier et ça m'a donc fait super plaisir d'y retourner pour voir son marché de Noël...

Arrivée au marché de Noël de Marols...
Arrivée au marché de Noël de Marols...

Arrivée au marché de Noël de Marols...

En arrivant à Marols, ça a été le choc! Il y avait un monde fou! Alors que lorsqu'on y avait été cet été, il n'y avait pas un chat! Mais j'ai très vite compris pourquoi il y avait tant de monde: ce marché de Noël est très beau! Des artisans locaux (j'ai un peu discuté avec certains, donc "Monique de Sury", elle se reconnaîtra, hi hi!) y exposent leurs jolies oeuvres au contact des vieilles pierres du village, et c'est juste sublaaaïme!

Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...

Alors, ai-je craqué? Eh bien, je n'étais pas partie pour acheter quelque chose, mais je me suis laissée tenter par une crème pour le corps au lait d'ânesse produite à Saint-Cyprien, petite commune proche de Saint-Just Saint-Rambert, mais je vous en parlerai plus en détails dans un prochain article qui paraîtra début janvier, je pense...

En attendant, on a également bu le traditionnel vin chaud. Impossible d'aller à un marché de Noël sans en boire! Le vin chaud, ça met du baume au coeur!

Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...

Puis la nuit est tombée sur ce joli marché de Noël, et celui-ci s'est revêtu de mille lumières...

Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...
Le sublime marché de Noël de Marols dans la Loire...

Voilà! J'espère que cet article vous aura plu et vous donnera envie d'aller voir ce marché de Noël l'an prochain! Moi, j'ai A-DO-RE! C'est honnêtement l'un des meilleurs marchés de Noël qu'il m'ait été donné de voir jusqu'à maintenant! Bon, en même temps, je n'en ai pas vu beaucoup, c'est vrai. Je rêve de voir celui de Strasbourg, il doit être absolument magique! Celui de Lyon est pas mal aussi, j'aime bien y aller dès que je peux.

Et vous, vous aimez les marchés de Noël aussi? Quels sont ceux qui vous ont le plus plu?

A bientôt, mes jolies Coccinettes!

Publié dans La Loire

Partager cet article

Repost 0

Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!

Publié le par coccinelle-de-la-beaute

Quand vous planifiez un séjour ou un week-end quelque part, est-ce que vous pensez à venir visiter la Loire? La plupart du temps, non! Et bien, c'est fort dommage car ce beau département regorge vraiment de trésors en termes de paysages, de châteaux, de vieux villages médiévaux et de musées.

C'est d'ailleurs d'un beau musée ligérien dont je vais vous parler aujourd'hui, la Maison des Tresses et Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay... Cette commune se trouve non loin de Saint-Chamond sur les contreforts du Massif du Pilat. Elle borde la rivière du Dorlay qui est le principal affluent du Gier. Il prend sa source au Col de l'Oeillon à 1390 mètres d'altitude et se jette dans le Gier à Lorette après un parcours de 17 kilomètres. Rarement asséché, de nombreux sites industriels s'installèrent au long de ses berges, dont l'usine de fabrication de tresses et de lacets qui se trouvait dans ce bâtiment que nous avons visité, avant que ça ne devienne un musée.

En arrivant au musée des Tresses et des Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay...
En arrivant au musée des Tresses et des Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay...
En arrivant au musée des Tresses et des Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay...
En arrivant au musée des Tresses et des Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay...
En arrivant au musée des Tresses et des Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay...

En arrivant au musée des Tresses et des Lacets à La Terrasse-sur-Dorlay...

Saviez-vous que jusqu'en 1912, Saint-Chamond est avec la vallée du Dorlay, la capitale européenne de la tresse et du lacet? En effet, l'industrie du lacet dans la région de Saint-Chamond remonte aux années 1800. Richard Chambovet y crée la première fabrique de tresses et de lacets, composée de vingt métiers à tresser. Deux ans après, il fait construire sept autres métiers. En 1812, 82 métiers rythment l'activité de la fabrique. 17 usines sont installées sur les 17 kilomètres de la vallée du Dorlay.

Le personnel, essentiellement féminin, venait surtout de la vallée du Gier pour travailler la semaine. Les étages supérieurs des usines ont longtemps servis de dortoirs pour les ouvrières.

En tout cas, la visite de ce musée commence hors de ses murs. Le jeune guide fort agréable, je ne me souviens absolument plus de son prénom (serait-ce Kévin?), nous emmène le long de la rivière du Dorlay pour nous montrer, à environ 150 mètres en amont du musée, l'endroit précis ou une partie de l'eau de la rivière est prélevée pour alimenter un canal qui va lui-même alimenter une énorme roue à augets, à l'usine.

Le long de la rivière du Dorlay et canal qui alimente la roue à augets (se trouvant à l'intérieur de l'usine) grâce à laquelle les métiers à tresser peuvent fonctionner...
Le long de la rivière du Dorlay et canal qui alimente la roue à augets (se trouvant à l'intérieur de l'usine) grâce à laquelle les métiers à tresser peuvent fonctionner...
Le long de la rivière du Dorlay et canal qui alimente la roue à augets (se trouvant à l'intérieur de l'usine) grâce à laquelle les métiers à tresser peuvent fonctionner...
Le long de la rivière du Dorlay et canal qui alimente la roue à augets (se trouvant à l'intérieur de l'usine) grâce à laquelle les métiers à tresser peuvent fonctionner...

Le long de la rivière du Dorlay et canal qui alimente la roue à augets (se trouvant à l'intérieur de l'usine) grâce à laquelle les métiers à tresser peuvent fonctionner...

La roue à augets du musée, encore en parfait état de marche. Elle fait 6 mètres de diamètre et pèse 15 tonnes. A l'époque de l'usine, elle entraînait 500 métiers à la fois.
La roue à augets du musée, encore en parfait état de marche. Elle fait 6 mètres de diamètre et pèse 15 tonnes. A l'époque de l'usine, elle entraînait 500 métiers à la fois.

La roue à augets du musée, encore en parfait état de marche. Elle fait 6 mètres de diamètre et pèse 15 tonnes. A l'époque de l'usine, elle entraînait 500 métiers à la fois.

Après cela, nous nous rendons dans la grande salle du musée où se trouvent des dizaines de métiers à tresser. C'est assez impressionnant, d'ailleurs! Le guide nous fait diverses démonstrations, comme comment enfiler le fil dans la cannette d'un des métiers. Super compliqué! Puis il met en route quelques machines (pas toutes!) et le bruit est juste assourdissant! D'ailleurs, à l'époque, la majorité des ouvrières finissaient sourdes.

Il nous a également expliqué l'histoire de l'usine (appelée l'usine du Moulin Pinte), dont les murs abritent maintenant le musée. A la base, le bâtiment était une vinaigrerie qui finit par être détruite par un incendie. En 1823, Jean-Baptiste Morel achète l'ancienne vinaigrerie. Il y fait reconstruire les bâtiments et y installe un moulinage de soie.

A la fin du XIX ème siècle, Barthélémy Callet achète l'usine et transforme le moulinage en fabrique de lacets. Elle prospère rapidement, abrite 500 métiers et offre jusqu'à 90 emplois.

C'est en 1933 que François Camus se porte acquéreur de l'ensemble et se voit adjuger l'usine et les propriétés. Mais ce n'est qu'en 1938 que l'activité de l'usine connaîtra un véritable essor. François Camus acquiert alors une solide réputation de tresseur et emploie jusqu'à 60 personnes avec un parc de 500 métiers jusqu'en 1972. Son fils Guy Camus relance l'activité de 1982 à 1993.

Mais ce qui m'a le plus plu, c'était le mur du fond de cette vaste salle, recouvert d'étagères remplies de bobines de fil de toutes les couleurs, un véritable arc-en-ciel! C'était magnifique! J'ai donc pris plein de photos, enjoy!

Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!
Feu d'artifice de couleurs à la Maison des Tresses et Lacets dans la Loire!

En conclusion, ce musée est un "must-see" dans le département de la Loire, n'hésitez surtout pas à aller le visiter! Je ne me souviens plus du prix d'entrée, mais il ne me semble pas que c'était cher. Le jeune guide est vraiment adorable, très souriant et explique bien. Je n'ai absolument pas regretté ma visite, c'était vraiment chouette! Et il y a de quoi prendre de belles photos!

En bref, la Maison des Tresses et Lacets, the place to see!

A bientôt!

Publié dans La Loire

Partager cet article

Repost 0

Deux beaux Villages de Caractère à visiter dans le sud de la Loire...

Publié le par coccinelle-de-la-beaute

Hello tout le monde!

Je poursuis ma série d'articles sur ce beau département de la Loire, où je vis depuis début 2015. Une région aux paysages contrastés (collines boisées et verdoyantes, lacs, petites montagnes avec le Pilat, plaines...) et à la beauté insoupçonnée.

Aujourd'hui, je vais vous parler de deux beaux villages médiévaux se trouvant non loin d'où j'habite, et qui sont classés aux Villages de Caractère en Loire.

En effet, le département de la Loire compte de nombreux villages au charme incontestable, dotés d'un patrimoine historique, architectural ou paysager, reconnu mais parfois insuffisamment valorisé. Le département ligérien a donc créé ce label "Villages de Caractère" et, à ce jour, onze communes en font partie. Dans cet article, je vous en présente deux, à savoir Montarcher et Marols

Il y a quelques semaines, mon chéri et moi sommes allés dans les Monts du Forez pour les visiter. Nous nous sommes d'abord rendus à Montarcher, petite bourgade d'environ 70 habitants qui culmine à 1160 mètres d'altitude, ce qui en fait le plus haut village de la Loire!

Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...
Arrivée à Montarcher et panorama superbe...

Arrivée à Montarcher et panorama superbe...

Montarcher se situe à la croisée de trois territoires: celui des Ségusiaves (entre Loire et Saône), celui des Vellaves (Velay) et celui des Arvernes (Auvergne). Le village était entouré d'une épaisse muraille et servait de relais de signaux pour transmettre les nouvelles. Le nom de Montarcher viendrait d'ailleurs de "Montis Archierri" qui signifie "Mont des archers", ce qui souligne le caractère défensif qu'avait ce village dans les temps anciens.

Mais surtout, Montarcher est connue pour son église (Eglise de l'Assomption de la Vierge) qui est classée aux Monuments Historiques depuis 1938. Bâtie au 12ème siècle, elle se distingue notamment par le fait qu'elle abrite une "poutre de gloire", détail architectural que l'on retrouve parfois dans des églises anciennes. Il s'agit en fait d'une poutre peinte, sculptée ou orfévrée et placée à l'entrée du choeur de l'édifice, en hauteur. La poutre de gloire est ainsi appelée parce qu'elle porte toujours en son centre un crucifix accompagné ou non de statues ou d'ornements en lien avec la Crucifixion ou la Création... Ce peut être une simple poutre rectiligne, mais dans l'église de Montarcher, il s'agit d'une poutre présentant des courbes de style baroque. Voyez les photos...

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir la "poutre de gloire" de l'église de Montarcher...
Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir la "poutre de gloire" de l'église de Montarcher...

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir la "poutre de gloire" de l'église de Montarcher...

L'intérieur de l'église de Montarcher...
L'intérieur de l'église de Montarcher...
L'intérieur de l'église de Montarcher...
L'intérieur de l'église de Montarcher...

L'intérieur de l'église de Montarcher...

Après Montarcher, nous sommes allés à Marols, autre Village de Caractère ligérien. Les deux villages se situent à une bonne dizaine de kilomètres l'un de l'autre seulement. Donc, en voiture, c'est rapide!

Marols se situe à 865 mètres d'altitude et compte environ 420 habitants. J'ai adoré me promener dans ses petites rues faites en vieilles pierres, avec des grandes croix un peu partout. Certes, je suis protestante (et les protestants n'ont pas une adoration excessive de la croix, c'est plus du domaine des catholiques), mais je suis chrétienne avant tout et ça m'a vraiment touché de voir autant de signes de ma religion, c'était chouette!

Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...
Promenade dans le village médiéval de Marols...

Promenade dans le village médiéval de Marols...

Tout naturellement, nous avons fait un tour dans l'église de Marols, l'Eglise Saint-Pierre.

D'origine romane, la modeste chapelle primitive du 12ème siècle a été agrandie entre les 15ème et 18ème siècles pour devenir une église. Des travaux de restauration ont été achevés en 1973. Et voyez sur les photos ci-dessous, il y a également une poutre de gloire dans cet édifice!!!

L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...
L'Eglise Saint-Pierre de Marols...

L'Eglise Saint-Pierre de Marols...

Voilà pour cette escapade dans deux des onze Villages de Caractère de la Loire, j'espère que ça vous a plu! Pour d'autres articles comme celui-ci, n'hésitez-pas à consulter la rubrique "La Loire" de ce blog! Cela vous donnera peut-être envie de venir passer quelques jours dans notre beau département ligérien!

A bientôt!

Publié dans La Loire

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>