Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...

Publié le par coccinelle-de-la-beaute

J'ai toujours été une citadine endurcie. Ayant vécu à Lyon la majeure partie de ma vie, j'ai longtemps été habituée aux métros bondés en heures de pointe, à la rue de la République (rue piétonne majeure dans le centre de la capitale des Gaules) noire de monde les samedis après-midi lors de virées shopping endiablées, bref, à l'entassement des êtres humains dans le bitume, le bitume et encore le bitume. Je ne crache pas dans la soupe: vivre en ville offre de très nombreux avantages. Tant au niveau de l'accessibilité (tout est facilement accessible et à toute heure) qu'au niveau de la vie culturelle ou des sorties...

J'ai adhéré, et j'ai même aimé, ce mode de vie durant des années. Mais j'avoue qu'il y avait des fois où j'avais besoin de me reconnecter avec la verdure, la nature. Comme je n'avais pas le permis de conduire (et donc pas de voiture), j'étais "condamnée" à trouver des endroits de verdure intra muros. Ainsi, régulièrement, je me rendais au Parc de la Tête d'Or (pour mes sessions de running aussi) ou au Parc de La Feyssine. Mais ce n'étaient que des parcs, rien à voir avec une nature plus "authentique", je dirais...

Puis j'ai rencontré Julien, et non seulement je suis tombée follement amoureuse de lui, mais aussi de la Loire, où il vivait et où je vis avec lui maintenant. La Loire est un département où la nature est prépondérante. Et cette nature est contrastée: lacs, monts (du Lyonnais, du Forez), bois, fleuve (le plus long de France, qui plus est!), étangs, massifs montagneux et forêts... Cela fait plus de deux ans que je vis dans ce beau département ligérien et je peux le dire haut et fort maintenant:

I love nature!!!

Mon homme me répète souvent que je suis devenue une vraie campagnarde lol! Je préfère chausser mes baskets et aller crapahuter sur des sentiers de nature plutôt que d'aller faire les boutiques ou encore d'aller boire un verre dans le dernier bar branché en centre-ville, impensable il y a encore quelques années! Et c'est d'ailleurs sur des sentiers forestiers de la Loire que je vous emmène aujourd'hui! En route pour la Croix de Chaubouret dans le Massif du Pilat!

Arrivée dans le Massif du Pilat...

Arrivée dans le Massif du Pilat...

Le Pilat est un massif montagneux de 700 km2 sur les contreforts du Massif Central et qui se trouve dans le département de la Loire, à côté de Saint-Etienne et pas loin de Lyon. Ce massif culmine à 1432 mètres d'altitude. Et il se trouve pas loin de chez nous. En 35-40 minutes depuis Saint-Just Saint-Rambert (où nous vivons), on y est!

Et il y a deux semaines, début mai, on a décidé d'y aller pour se balader du côté de la Croix de Chaubouret, sur le domaine skiable du Bessat. On s'est fait une petite promenade de 5-6 kilomètres dans la forêt. Et à notre grande surprise, il y avait encore un peu de neige! En mai! Mais la promenade était vraiment agréable et la végétation magnifique! On s'arrêtait parfois pour s'imprégner du calme de la nature, c'était chouette!

Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...
Balade en forêt à la Croix de Chaubouret dans le Pilat...

Après avoir marché quelques kilomètres, on est arrivés au Creux du Loup, grande clairière à la croisée de plusieurs chemins où il se raconte qu'un jeune berger prénommé Gaspard tua un loup énorme, la bête du Bessat, dans les années 1897-1900... Mais il se trouve que l'origine de cette histoire est beaucoup moins extraordinaire...

En effet, à l'origine, des Bohémiens passant par le col de la République (non loin de là), perdirent un petit singe dans le secteur. Aussi en informèrent-ils un paysan local qu'il rencontrèrent dans leur cheminement. Celui-ci colporta la nouvelle et l'information courut de ferme en ferme, en se déformant. Si bien que le petit primate se transforma bientôt en panthère géante puis en loup énorme qui ne manqua pas d'attirer l'attention des journalistes locaux. Des battues furent même organisées, sans résultat. L'histoire ne dit pas si le petit singe retrouva son propriétaire, mais on assura avoir tué un énorme loup dans cette clairière, présenté comme la fameuse bête du Bessat.

Le Creux du Loup dans le Pilat...
Le Creux du Loup dans le Pilat...
Le Creux du Loup dans le Pilat...
Le Creux du Loup dans le Pilat...

Le Creux du Loup dans le Pilat...

Après cela, on est repartis en direction du Bessat et du col de Chaubouret par un sentier qui devait nous mener à la Croix des Fosses. Mais laissez-moi vous conter l'histoire de cette croix...

Le village du Bessat, en 1562, fut le théâtre d'un terrible bataille entre protestants ardéchois et catholiques foréziens. En effet, on raconte qu'en octobre 1562, les protestants d'Annonay auraient décidé d'aller attaquer Saint-Etienne pour y prendre les armes que cette ville fabriquait. Le 27 octobre 1562, ils profitèrent du moment où les gardes stéphanois ouvraient les portes de la ville, pour investir la cité. Ils y restèrent cinq jours, ce qui laissa le temps aux catholiques locaux de s'organiser pour aller les affronter. La bataille eut lieu au Bessat le 31 octobre de cette même année, dans le Pilat, et ce fut une terrible boucherie. Les protestants furent littéralement décimés.

Et c'est dans la clairière où l'on peut voir la Croix des Fosses que les protestants qui périrent dans la bataille furent enterrés.

En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...
En route pour la Croix des Fosses...

En route pour la Croix des Fosses...

La Croix des Fosses...
La Croix des Fosses...
La Croix des Fosses...
La Croix des Fosses...

La Croix des Fosses...

On a repris notre marche en direction du col de Chaubouret, mais avant d'y retourner (c'était le point de départ de notre balade), on a fait un petit crochet pour voir la statue de la Madone qui culmine à 1246 mètres d'altitude. Lorsqu'on y arrive, on peut voir un très beau panorama.

Mais à la base, ce n'était pas une statue de la Vierge qu'il y avait là. En effet, en 1811, à la naissance du fils de Napoléon 1er (surnommé l'Aiglon), le village du Bessat décida d'ériger une colonne supportant une sphère, elle-même surmontée d'un aigle. Ce monument fut inauguré le 23 juin 1811. Mais il fut brisé par la foudre en 1815.

Quelques décennies après, à la naissance du fils de Napoléon III, en 1856, le village du Bessat décida de commémorer l'évènement en élevant un nouveau piédestal en forme de pyramide tronquée, porteur cette fois-ci d'une statue de la Vierge, "la Madone du prince impérial".

Nous nous sommes donc dirigés vers cette statue de la Vierge...

Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...
Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...

Arrivée à la statue de "La Madone du prince impérial", surplombant le village du Bessat...

Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!
Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!

Un peu en contrebas de la statue de la Vierge et dominant le village du Bessat, un banc sur lequel j'ai gravé nos initiales, à mon chéri et à moi: H+J... Ah, l'amour!!!

Après ça, et avant de reprendre la route pour rentrer chez nous, on a décidé de s'arrêter à l'hôtel-auberge Le Chaubouret pour un bon goûter. J'ai bien aimé le décor un peu "rustique" de la grande salle à manger. J'ai pris une part de tarte aux myrtilles et son sorbet (à la myrtille). Et Julien, mon chéri, a pris une crêpe nommée "La Chaubouret" avec fruits rouges, coulis de fruits rouges, glace aux myrtilles et chantilly... J'aurais aimé que le service soit un peu plus chaleureux, mais ce qu'on a mangé était très bon, fait maison et les proportions étaient généreuses. Je recommande donc, cette charmante auberge.

Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...
Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...

Petit (enfin, tout est relatif, hum!) goûter à l'auberge de Chaubouret...

Après avoir mangé, je suis allée prendre quelques photos de la Croix de Chaubouret avant de monter en voiture. Cette croix a été érigée en 1875 et remplace des monuments plus anciens qui tous marquèrent ce point de passage important entre les vallées de la Loire et du Rhône.

Nommée successivement "Croix de Chobourel" ou encore "Croix de Chabouret", le nom a varié au fil des années mais le terme "chaux" demeure, désignant un espace dénudé. Parfaite description du col de Chaubouret. Cette croix a une petite niche grillagée contenant une petite statue de la Vierge.

La Croix de Chaubouret, sur la commune du Bessat dans la Loire...
La Croix de Chaubouret, sur la commune du Bessat dans la Loire...

La Croix de Chaubouret, sur la commune du Bessat dans la Loire...

Et voilà pour cette chouette balade dans le massif du Pilat. On a vraiment adoré cette petite marche!!! Je recommande vivement, mais plutôt aux beaux jours, car même en mai, il y avait encore de la neige et beaucoup d'endroits boueux...

Et vous, connaissez-vous le massif du Pilat? Qu'aimez-vous y faire?

A bientôt!

Publié dans La Loire

Partager cet article

Repost 0