La légende du château de Grangent dans la Loire...

Publié le par coccinelle-de-la-beaute

Faites-vous une bonne tassé fumante de thé, installez-vous confortablement dans un fauteuil et détendez-vous car j'ai une belle histoire à vous raconter aujourd'hui! Une légende encore racontée de nos jours par les vieilles générations dans les foyers foréziens lors des veillées d'hiver. Je crois bien qu'il s'agit de ma légende ligérienne (de la Loire) préférée. Loin de l'image minière qu'on en a avec la Ville de Saint-Etienne, ce département regorge de mystères, d'endroits réputés magiques, de traditions légendaires et j'adore ça.

 

Aux confins de la commune de Saint-Just Saint-Rambert, où je vis, se dresse un château sur une petite île au milieu d'un lac. Le Château de Grangent. Une légende assez incroyable entoure cet édifice. Et c'est cette légende que je vais vous raconter aujourd'hui...

Le Château de Grangent, ancienne forteresse médiévale se situant dans les Gorges de la Loire...
Le Château de Grangent, ancienne forteresse médiévale se situant dans les Gorges de la Loire...

Le Château de Grangent, ancienne forteresse médiévale se situant dans les Gorges de la Loire...

Pour la vraie histoire, cet édifice fut bâti aux environs des années 800 de notre ère et subit en 1793 l'assaut des révolutionnaires. La chapelle fut pillée et à moitié détruite, mais le grand donjon résista aux pics et aux bombes incendiaires. Le tout fut vendu comme bien national et échut à différents propriétaires des alentours.

Aujourd'hui, ce château appartient à la commune de Saint-Just Saint-Rambert et ne se visite pas (dommage!). Il se trouve isolé sur une île au milieu du lac créé par la construction du barrage de Grangent en 1957. Mais il n'en a pas toujours été ainsi, l'ensemble ayant été bâti sur une sorte de promontoire qui dominait d'environ 50 mètres le cours de la Loire.

Mais passons à notre légende...

Cette légende dit que ce château appartenait autrefois à un seigneur lié par un pacte avec le diable. Il ne vivait que de crimes et semait la terreur dans les environs.

Une nuit de Noël, les gens du village de Chervieu se mirent en route à la nuit tombée pour rejoindre le village de Saint-Victor sur Loire pour se recueillir autour de la crèche et célébrer la messe. A la clarté des torches flamboyantes, ils traversaient joyeusement les grands bois de pins et de hêtres. Un vieillard et une jeune fille fermaient la marche: Pâquerette et son vieux père.

La mère de la pauvre Pâquerette était morte à sa naissance et de ce fait, la jeune fille avait toujours une lueur de tristesse dans les yeux. Toutefois, elle était d'une très grande beauté et plusieurs jeunes hommes des environs avaient demandé sa main, mais elle avait toujours refusé, préférant rester avec son père adoré.

Tous deux donc se rendaient à la messe de minuit. Le vieil homme marchait difficilement. Lui et sa fille se laissèrent distancer par le reste de la troupe. Pâquerette tournait souvent la tête avec inquiétude. Il faisait très noir cette nuit-là et on n'y voyait rien. Soudain, elle aperçut derrière eux la lueur d'une torche qui se rapprochait et la douce voix d'une de ses amies qui l'appelait. Pâquerette lâcha le bras de son père pour attendre sa compagne. Celui-ci continua sa marche. Mais au bout de quelques pas, le vieil homme entendit sa fille pousser un cri d'horreur. Revenant sur ses pas, il ne vit rien. Sa fille avait disparu! Il se mit à sa recherche mais s'égara. Les habitants de Chervieu, ne les voyant pas arriver au bout d'un certain temps, se mirent à la recherche du vieillard et de sa fille dans la forêt. Ils retrouvèrent enfin le vieillard, prostré, au bord d'un rocher plongeant à pic dans la Loire. Mais ils ne trouvèrent aucune trace de Pâquerette. Où était-elle passée?

La légende du château de Grangent dans la Loire...

Une année s'écoula depuis ce malheur. Le père de Pâquerette se mourait de tristesse tandis que la cloche de l'église de Saint-Victor sur Loire conviait à nouveau les habitants des alentours à célébrer la messe de Noël. Or, pendant ce temps, d'étranges phénomènes se produisaient au Château de Grangent. La mort était venue chercher son seigneur si cruel. Des démons dansaient autour du lit du mourant tandis que celui-ci poussait des cris qui s'entendaient à des kilomètres à la ronde. Lorsque celui-ci rendit son dernier soupir à minuit, un dragon ailé s'élança du haut du donjon, emportant dans sa gueule le seigneur de Saint-Victor. Le donjon redevint calme et sombre.

Or, pendant ce temps, quelques âmes charitables étaient restées auprès du père de Pâquerette, dans sa chaumière, pour lui tenir compagnie. Mais soudain, la porte s'ouvrit et une belle jeune fille blanche apparut, grande et mince, telle Pâquerette. Elle s'écria "Mon père!" C'était bien elle! Elle s'élança dans les bras de son père et raconta son histoire: 

"Il y a un an, à pareille nuit, un homme ou un démon m'emporta en étouffant mes cris jusqu'aux plus hauts appartements du Château. Là, le seigneur de Saint-Victor s'avança vers moi pour m'annoncer qu'il m'avait choisie pour être sa châtelaine. Terrorisée, je répondais en sanglotant que je refusais car j'avais voué ma vie à Dieu. En colère, il me fit enfermer dans un cachot. Pendant un an, il vint souvent me voir pour renouveler ses menaces et m'arracher la promesse de lui appartenir. Mais je restais inébranlable. Et ce soir, le château a tremblé à tel point que toutes les portes se sont brisées. Un ange m'a soutenue et j'ai pu venir jusqu'à vous pour vous voir une dernière fois."

Pâquerette s'arrêta, joignit ses mains, ferma ses yeux et rendit son dernier soupir. Son vieux père essaya de la retenir en l'étreignant, en vain. Alors, descendant du ciel noir, une colonne lumineuse en forme de spirale descendit et enveloppa l'humble chaumière où Pâquerette venait de mourir. Cette colonne montra la jeune martyre portée au ciel jusqu'aux pieds de la Vierge Marie par une troupe de séraphins. Quant la colonne lumineuse eut disparu, un calme céleste se répandit autour de la chaumière et la neige de décembre fut recouverte de petites fleurs au coeur d'or et aux pétales blancs qui reçurent le nom de "pâquerettes"...

La légende du château de Grangent dans la Loire...
La légende du château de Grangent dans la Loire...
La légende du château de Grangent dans la Loire...
La légende du château de Grangent dans la Loire...

Voilà pour cette jolie légende ligérienne, j'espère qu'elle vous a plu! N'hésitez-pas à passer voir ce château si vous passez par là. En plus, il se trouve en contrebas du château d'Essalois (j'ai écrit un article sur ce château récemment, allez voir dans ma rubrique "La Loire"). Du coup, vous pouvez voir les deux en une seule journée, en finissant par la visite du village médiéval de Saint-Victor sur Loire sur lequel j'écrirai mon prochain article... Stay tuned!

A bientôt, les jolies Coccinettes!

Publié dans La Loire

Commenter cet article